A Rome, on fêtait le nouvel le 1 Mars, le mois qui s’appelait comme le dieu Marte, le patron des champs et des troupeaux, Dieu qui signifie la naissance de la nature. Aux tracs le Dieu s’appelait Marsyas - Silen qui était l’inventeur de la flute , son culte était lié de la terre et de végétation.

Dans des ruines archéologiques de Roumaine on a trouve des « martisoare » vieux de 8000 ans.

Les « martisoare » etaient faits en pierres de rivière peintes en blanc et rouge et ils étaient enfilés sur un fil et portés au cou.

Le rouge qui représentait le feu, le sang , le soleil, était conféré à la vie, a la femme.

Le blanc représentait la claireté de l’eau, les nuages et il était aussi la sagesse de l’homme. Le fil du « martisor » exprimait la combinaison inséparable de ces deux principes comme une permanent mouvement de la matière.

Il signifie l’échange des énergies vitales qui donnent la naissance du vivant, du cycle de la nature.

Les couleurs blanc et rouge ont resté jusqu’aujourd’hui un symbole des sexes étant trouvées même au sapin de la noce et d’enterrement.

Les filles portaient 12 jours « martisor » au cou et puis, elles le portaient dans les cheveux jusqu’au arrive des cigognes et les arbres sont en fleurs. C’est le moment quand elles liaient le fil sur la branche d’un arbre et avec la monnaie, elles achetaient du fromage pour que toute l’année leur visage soit beau et blanc.

Et voilà maintenant la légende du « martisor »:

Jadis le soleil est descendu dans un village et il s’est transformé dans un fils. Un dragon l’a enlevé et il l’a fermé dans une prison. Le monde était triste. Les oiseaux ne chantaient plus, les sources ne coulaient plus et les enfants ne riaient plus. Personne n’avait pas le courage de lutter avec le dragon.

Un jour un fort jeune-home a décidé de partir et sauver le soleil. Beaucoup de gens l’ont conduit et lui ont donné leurs forces pour l’aider vaincre le dragon et libérer le soleil. Son voyage a duré 3 saisons : l’été, l’automne et l’hiver.

Il a trouve le château du dragon, et ils ont commence la lutte. Ils ont lute quelques jours et après le dragon a été vaincu. Faible et blessé, le jeune-homme a libéré le soleil. Celui-ci est monté sur le ciel et tout le monde a été gai et joyeux.

Toute la nature se ranime, les gens étaient heureux mais le jeune-homme n’arrive pas jusqu’ou printemps.  Son sang chaud de ses blessures coulait dans la neige.

Quand la neige a fondu, des fleurs blanches poussaient,  les perce-neige qui annoncent le printemps.

La dernière goutte de son sang a coulait dans la neige immaculé. Il est mort.

Depuis là, les jeunes-hommes ficèlent deux franges blanc et rouge. Ils les offrent aux filles aimées et leurs proches .Le rouge signifie l’amour pour tout ce qui est beau et rappelle le sang du fort jeune-homme.

Le blanc symbolise la santé, la pureté du perce-neige, la première fleur du printemps.